L'hippodrome du mois
Interview

L'hippodrome du mois

Publié le 24 sep. 2021
Image
Hippodrome de Chartres

Périple dans la capitale de la lumière et du parfum

Chartres, capitale religieuse avec son incontournable Cathédrale Notre-Dame de style gothique, attire de nombreux jésuites mais également des passionnés de courses hippiques. La société des courses de Chartres est l’un des 16 champs de courses de la Fédération Île de France – Haute Normandie, les spectateurs y sont nombreux pour vivre le spectacle offert par les trotteurs. Fédérateur et passionné, le Président Jean-Luc THIROUIN se livre au jeu des questions-réponses à travers cet entretien.
 

Jean-Luc THIROUIN
Jean-Luc THIROUIN, Président de la société des courses de Chartres

 

  • Président, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?
    J’ai 72 ans, marié, 3 enfants, 6 petits-enfants. Agriculteur à la retraite, ancien Maire, ancien Vice-président de Communauté de communes, Président de la Société des courses de Chartres depuis une vingtaine d’années et ancien driver amateur.
     
  • Votre meeting d’automne est dense avec 7 réunions hippiques entre fin septembre et début décembre dont 5 PREMIUM, comment gérez-vous cette période intense ?
    Pour le moment bien, à Chartres il y a depuis plusieurs années une équipe, une bande d’amis motivés, d’horizons différents où chacun a un rôle et si l’un d’eux est absent il y en a toujours un autre pour le remplacer, mais il est vrai que c’est une période délicate ayant beaucoup de chasseurs dans mon équipe.
     
  • La discipline du Trot est la véritable ADN du champ de courses de Chartres, vous attirez les meilleurs socioprofessionnels comme Sébastien GUARATO, Éric RAFFIN ou encore Jean-Philippe DUBOIS, est-ce une satisfaction ?
    Evidemment, c’est la reconnaissance des efforts que nous faisons depuis de longues années, ceux-ci ont commencé du temps de mes prédécesseurs Messieurs LECHESNE et VORIMORE et nous essayons de les poursuivre aujourd’hui.
     
  • Votre piste corde à gauche présente une particularité à savoir sa courte distance de 1003 mètres, quelles sont les aptitudes indispensables d’un cheval pour s’illustrer à Chartres ? 
    Un bon cheval s’impose toujours à Chartres depuis que la piste a été refaite avec ses virages relevés à 10%. Mais il est certain qu’un cheval véloce sera avantagé au départ, mais les statistiques montrent qu’il y a autant de gagnants aux 25 mètres qu’au premier poteau.
     Hippodrome de Chartres

     

  • Chartres est une ville dynamique de 40 000 habitants avec de nombreux commerces et activités, quel rôle joue l’hippodrome auprès des habitants de votre agglomération ?
    L’hippodrome de Chartres, c’est comme disait un ancien membre de mon comité « la ruralité dans la ville », nous sommes aux portes de Chartres non loin des commerces et beaucoup d’entre eux sont des sponsors.
     
  • Vous bénéficiez de nombreuses retombées médiatiques à travers L’Echo Républicain, pouvez-vous nous en dire davantage sur vos relations avec ce journal régional ?
    Les relations avec l’Echo Républicain ont toujours été très bonnes, c’est un partenaire depuis de très longues années et même si les rédacteurs en chef changent, l’intérêt du journal pour les courses hippiques est toujours présent. 
     
  • Avec 53 boxes et 63 stalles vos infrastructures vous permettent de faire le plein de partants, pouvez-vous nous décrire dans quelles conditions les socioprofessionnels sont-ils accueillis ?
    Nous faisons le maximum évidemment pour que les socio-professionnels soient bien accueillis. Mélanie ma secrétaire gère tout cela déjà lors de la déclaration des partants et s’efforce de donner satisfaction au maximum d’entre eux et s’il y a un problème une voix féminine est souvent plus appréciée pour résoudre les problèmes et Mélanie est très forte sur ce sujet.
    Après sur l’hippodrome les jours de courses nous sommes à leur écoute, mais les courses hippiques comprennent 3 maillons indispensables :
  1. La Société des courses avec ses bénévoles ;
  2. Les socio-professionnels ;
  3. Les turfistes et le public qui viennent se promener.

A nous société d’écouter et de gérer, car tous les maillons cités ci-dessus sont indispensables pour la bonne marche des courses.

  • Le samedi 25 septembre vous organisez un Prix RaceAndCare afin de sensibiliser le public sur l’engagement de la filière en faveur du bien-être équin, quel regard portez-vous sur ce sujet devenu sociétal ?
    J’adhère totalement à ce projet, les courses ont longtemps eu une mauvaise image, il faut y remédier et c’est ce qui se passe actuellement, donc un grand « OUI ».
     
  • Vous développez une activité commerciale avec la privation de l’hippodrome en proposant vos espaces à des entreprises, quels conseils donneriez-vous à une société de courses souhaitant se lancer dans le marché de l’événementiel ?
    J’en reviens à l’esprit d’équipe, c’est primordial, la mienne comprend des bénévoles et 2 salariés : Romain et ma secrétaire qui gère entre autres les locations du restaurant pour des mariages, anniversaires, entreprises, … Tous les deux ont mon entière confiance, je ne fais que superviser. Donc les conseils que je donnerai éventuellement, c’est constituer une équipe et faire confiance.
     
  • Vous avez été un des premiers hippodromes à diffuser les courses PMH sur le réseau social Facebook, quelle importance accordez-vous à la digitalisation et de manière générale à la promotion des courses hippiques ?
    La digitalisation et de manière générale la promotion des courses hippiques, c’est l’avenir. J’ai fait confiance à des jeunes notamment Michaëlla qui fait un master management à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Chartres à qui j’ai donné carte blanche pour développer ce secteur (toujours sous mon couvert quand même) à qui revient le mérite des interviews et la diffusion des courses sur Facebook, la création de nouveaux jeux pour les enfants et de nouvelles animations.
     
  • Votre casaque favorite ou un cheval que vous appréciez tout particulièrement ?
    Celle de mon fils Alexis : Casaque grise, épaulettes rose, manches blanches, toque grise.
    Ma jument de cœur, ma première jument « BAMBA » la rivale au monté de Bellino II, elle était chez Patrick CERAN MAILLARD et son jockey était André BOURCIER.
     
  • Quelles ont été vos plus grandes joies en tant que Président de la société des courses de Chartres ?
    Avoir réussi à poursuivre l’œuvre de mes prédécesseurs et avoir essayé de l’améliorer en obtenant davantage de réunions Premium.
     
  • Votre proverbe ou citation favorite ?
    « L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt » citation non pas d’un homme célèbre, mais de ma grand-mère maternelle qui était agricultrice dans l’Aisne, près de Soissons, c’est grâce à elle que gamin j’ai découvert les hippodromes de La Capelle et de Laon.
     
  • Pour conclure, quelles sont vos aspirations futures pour l’Hippodrome de Chartres ?
    Que tout ce que nous avons fait mes amis et moi-même se perpétue dans l’avenir et s’améliore, on peut toujours mieux faire.

Prochaine réunion hippique - samedi 25 septembre - 11h45
 

Hippodrome de Chartres