La Newsletter #RaceAndCare
Sécurité et confort pour préserver le bien-être des équidés pendant le transport routier

Sécurité et confort pour préserver le bien-être des équidés pendant le transport routier

Si vous ne pouvez pas visualiser ce message, consultez notre version en ligne
Fédération Nationale des Courses Hippiques Newsletter #4 La Newsletter #RaceAndCare France Galop LeTrot
Septembre 2021
Au sommaire
# Le dossier RaceAndCare : le transport routier des équidés
# Suivi Parlementaire : interview de Jean-Pierre VOGEL, Président du Groupe Cheval au Sénat
# Podcast : à la découverte du Label EquuRES
 
# La vie après les courses : PegaseBuzz en immersion à l’Etrier de Granlieu, haut lieu de la reconversion
# Vidéos
# Articles de Presse
Le Dossier RaceAndCare
Le transport routier des équidés : sécurité et confort

Dans le cadre d’une proposition de loi portée par le groupe Europe Ecologie Les Verts au Sénat en mai dernier, il a été proposé que la durée de transport des équidés sur le territoire français soit limitée à 8 heures par jour.

L’Institution a immédiatement sollicité une audience auprès de Mme CHAUVIN, Rapporteur du projet de loi, et a pu exposer ses arguments concernant la spécificité des transports de chevaux de course.

Il a été rappelé que, sur le sujet du transport comme sur tous les autres thèmes liés au bien-être, l’objectif de l’entourage du cheval est de le placer dans les meilleures conditions pour qu’il puisse réaliser une performance en compétition à son arrivée sur l’hippodrome. Dès lors, il est dans l’intérêt manifeste du propriétaire et de l’entraîneur que le cheval voyage dans un véhicule parfaitement aménagé, sécurisé et ventilé, et avec un temps de transport raisonnable, pour qu’il soit totalement compétitif au moment de la course.

Les personnels en charge de l’accompagnement des chevaux sont spécifiquement formés et veillent tout au long du trajet à leur confort.

Nos arguments et ceux des autres filières animales ont été entendus et la proposition de loi en question n’a pas été retenue. Il nous faut malgré tout rester extrêmement vigilants sur ces sujets et un nouveau clip produit par l’Institution des courses, portant sur le thème du transport, vient d’être réalisé et diffusé sur les réseaux sociaux. Comme tous les autres supports, il sera porté à la connaissance des parlementaires pour les éclairer sur nos méthodes de travail et toute l’attention que les acteurs des courses portent au quotidien à leurs chevaux.

Diffusez-les, relayez-les, le #RaceAndCare est à votre disposition !

Voir la vidéo
Suivi Parlementaire
Interview de Jean-Pierre VOGEL, Président du Groupe Cheval au Sénat

Le jeudi 30 septembre 2021, dans l'après-midi, le Sénat examinera la proposition de loi adoptée par l'Assemblée Nationale, après engagement de la procédure accélérée, visant à renforcer la lutte contre la maltraitance animale. L'occasion de faire le point sur les mesures ayant une incidence directe sur la filière équine avec le Sénateur Jean-Pierre VOGEL, Président du Groupe Cheval à la chambre haute du Parlement français.

Jean-Pierre VOGEL, en votre qualité de Président du Groupe Cheval au Sénat, que vous inspire la proposition de loi adoptée par l’Assemblée Nationale, visant à renforcer la lutte contre la maltraitance animale ?

JPV : « La relation plurimillénaire que nous avons su tisser avec « nos amies les bêtes » est essentielle ; elle contribue à définir notre condition humaine. Les animaux sont, comme le précise le code civil depuis 2015, des êtres doués de sensibilité et à ce titre ils méritent une protection et une attention particulières. Le renforcement des sanctions pénales contre la maltraitance et contre les abandons d’animaux domestiques correspond à ma vision humaniste.

Quatre mesures portent plus spécifiquement sur la filière équine : certificat de connaissance des besoins des équidés (art. 1), obligation de transparence de l’acte de névrectomie (art. 6), vente forcée des équidés abandonnés dans les centres équestres (art. 7) et interdiction des « manèges à poney ». Ces mesures, travaillées avec la filière, vont toutes dans le bon sens.

Permettez-moi cependant d’exprimer mon inquiétude quant à la mention des équidés au sein du premier chapitre qui concernait en premier lieu les animaux de compagnie. Le cheval est un animal domestique, mais n’est pas un animal de compagnie, c’est un animal de rente. Je tiens à cette définition car elle a de nombreuses implications pour l’équilibre de la filière cheval en France. »

Lire la suite
Podcast
Entretien avec Charlotte FUSTEC pour découvrir le Label EquuRES, spécifique au bien-être équin et à l’environnement

Son sérieux et son efficacité lui ont permis récemment d’être reconnu par la Direction Générale de l’Alimentation (DGAL) pour bénéficier du pacte biosécurité et bien-être animal. Focus sur le label « EquuRES », une démarche de qualité en faveur de l’environnement et du bien-être animal spécifiquement développée pour les structures équines.

Écouter l'entretien
La vie après les courses
PegaseBuzz en immersion à l’Etrier de Granlieu, haut lieu de la reconversion

Au printemps dernier, Roxanne LEGENDRE est partie à la rencontre de Martial DELUMEAU et Nicolas DALOUS à l’Etrier de Granlieu. Son reportage, diffusé sur les réseaux sociaux PegaseBuzz - média engagé ayant pour thématique principale le cheval durable et contemporain, a donné un joli coup de projecteur à ce havre de paix implanté à proximité de Nantes, sur une vingtaine d’hectares. Pour la newsletter #RaceAndCare, Nicolas DALOUS revient sur la genèse de son écurie de propriétaires et sur l’impact grandissant de la reconversion sur l’activité de l’entreprise qu’il dirige avec Martial DELUMEAU.

Lorsqu’ils ont repris l’Etrier de Granlieu, en août 2019, Nicolas DALOUS et Martial DELUMEAU avaient déjà en tête de faire évoluer cette écurie de propriétaires, installée à Saint-Colomban (44), en un site spécialisé dans la reconversion de chevaux de course. La mécanique est bien huilée : Martial travaille les équidés, Nicolas gère toute la logistique. « Je m’occupe des tâches administratives, de l’entretien et du transport car j’ai une formation de transporteur de chevaux, explique l’intéressé. A l’origine, je travaillais dans la restauration avant de devenir chauffeur taxi. Dans ma jeunesse, j’ai pratiqué l’équitation pendant 10 ans, au Haras de Jardy dans les Hauts-de-Seine, mais je suis toujours resté un cavalier lambda (rires) ! Martial, lui, baigne depuis son enfance dans le milieu du cheval. Il a obtenu un Bac Pro CGEH (NDLR : Conduite et Gestion de l’Entreprise Hippique) et passe le clair de son temps au contact des chevaux, pour la reconversion et également en concours puisqu’il évolue dans les épreuves de Pro 4 en complet. »

L’Etrier de Granlieu, où stationnent actuellement 42 chevaux, propose tout un ensemble de services, allant de l’encadrement à la vente d’équidés en passant par les stages d’équitation, les concours, les balades et randonnées ou encore les pensions, en plein essor.

Lire la suite
Vidéos
Opération RaceAndCare

Depuis le début de l’année 28 hippodromes ont organisé un événement RaceAndCare afin de sensibiliser les spectateurs au bien-être équin.
Visite guidée des infrastructures, présentation des associations de reconversion ou encore échanges avec les socioprofessionnels, le public a pu constater que tout est mis en œuvre pour apporter un maximum de sécurité et de soins aux chevaux de course.
#RaceAndCare : Tous Ambassadeurs du bien-être équin

Fédération des éleveurs du Galop : une vie après les courses

Après la carrière d'athlète, place à la reconversion ! Des associations comme Au-delà Des Pistes et Ecurie Seconde Chance proposent à ces athlètes une reconversion en chevaux de loisirs afin de pouvoir bénéficier d'une autre vie, loin de celle des hippodromes.

Articles de Presse
La presse française et internationale évoque le bien-être équin

Les images très médiatisées de Saint Boy refusant de franchir les obstacles pendant l’épreuve de pentathlon des Jeux Olympiques de Tokyo sont au centre des débats sur le bien-être équin.

Dans l’Equipe, Serge LECOMTE, Président de la FFE, réagit à la campagne très critique menée par des mouvements animalistes et antispécistes au lendemain des JO.

Le média Américain The Horse explique que, selon plusieurs experts du comportement équin, les indicateurs de bien-être et de mal être observés sur des chevaux au travail, montrent que nombre d’entre eux apprécient réellement les activités auxquelles ils prennent part avec des humains.

Le Sillon Belge présente un plaidoyer pour l’utilisation moderne du cheval de trait ou « cheval de travail ».

Pour finir le journal Le Pays d’Auge propose un reportage sur le « GoingStick » un nouvel outil de précision pour mesurer l’état des pistes sur l’Hippodrome de Deauville La Touques.

L’Equipe – 27 août 2021

Serge LECOMTE, Président de la FEE, répond aux associations animalistes suite aux Jeux Olympiques de Tokyo : « Des idéologies souvent extrêmes »

Le Sillon Belge – 9 juillet 2021

Plaidoyer pour l’utilisation du Cheval de trait

The HORSE – 15 juillet 2021

Est-ce que les chevaux aiment travailler ?

Le Pays d’Auge – 12 août 2021

L'hippodrome de Deauville La Touques se dote d'un nouvel outil de précision pour mesurer l'état des pistes.

Suivez l'actualité
#RACEANDCARE
www.fnch.fr Suivez-nous sur linkedin
Fédération Nationale des Courses Hippiques
46, place Abel Gance - 92100 Boulogne Billancourt
Tél. 01 42 68 87 81
Equidia France Galop GTHP Le trot
Vous ne souhaitez plus recevoir d'e-mails de notre part ?
Vous pouvez vous désinscrire de la lettre d'information.