Contrôle antidopage
Les objectifs

Les objectifs du contrôle antidopage équin

  • Préserver la santé et la sécurité des athlètes, garantir le bien-être équin.
  • Garantir une saine compétition et assurer aux concurrents l’égalité des chances.
  • Garantir aux parieurs la probité de la compétition.
  • Assurer la sélection des reproducteurs sur leurs qualités intrinsèques.
  • Valoriser l’image des courses.
Image

2 principes fondamentaux :

  • Un cheval partant dans une compétition doit être en bonne santé. L’absence de médicament ou autre substance est un critère objectif.
  • Tout traitement administré dans le cadre de l’entraînement doit l’être de manière transparente. Il ne doit en aucun cas permettre le maintien à l’entraînement de chevaux présentant des affections incompatibles avec celui-ci.

De façon simplifiée, que recherche-t-on ?

  • Des substances prohibées dès lors que le cheval est déclaré partant (Catégorie I).

Exemple :
- substances thérapeutiques sur prescription vétérinaire (corticoïdes, anesthésiques locaux,…).
- contaminants alimentaires (caféine, morphine, …)
.
Le cheval peut avoir ces substances dans l’organisme mais n’est autorisé à courir qu’après élimination.

  • Des substances totalement prohibées (Catégorie II).

Exemple :
- substances « dopants majeurs » (anabolisants, facteurs de croissance, EPO, …).
- si substance endogène, fixation d’un seuil (ex : testostérone).

Le cheval ne doit jamais avoir ces substances dans l’organisme ou n’excédant pas le seuil international pour les substances endogènes.

LA RECHERCHE ET LE DÉVELOPPEMENT

  • Développer des méthodes indirectes par empreintes pour rechercher l’effet des molécules.
  • Utiliser l’intelligence artificielle pour perfectionner l’interprétation des données, recherche de produits.
  • Optimiser des banques de données mondiales pour l’identification de composés inconnus.
  • Automatiser et optimiser des méthodes pour continuer à chercher davantage de molécules dans un volume de sang et d’urine constant.
  • Assurer une veille technique prospective, notamment avec les services de l’Etat, douanes et répression des fraudes.
Image
Laboratoire des Courses Hippiques

L'ÉVOLUTION DU CONTRÔLE ANTIDOPAGE DANS LES COURSES HIPPIQUES

  • 1971 - Premières analyses de contrôle anti-dopage.
  • 1975 - Premier local dédié.
  • 1983 - Construction d’un premier laboratoire à Châtenay-Malabry.
  • 2003 - Création de l’entité Laboratoire des Courses Hippiques.
  • 2003 - Construction du nouveau laboratoire de Verrières le Buisson.
  • 2016 - Installation d’une unité de recherche à Goustranville.