L'hippodrome du mois
Interview

L'hippodrome du mois

Publié le 14 déc. 2020
Image
Hippodrome de Cagnes sur Mer

Destination Côte d'Azur

Pour cette nouvelle interview de « L’hippodrome du mois », actuellement en plein meeting d’hiver, le Président de la Société des Courses de Cagnes sur Mer nous a accordé quelques minutes pour présenter son hippodrome et évoquer sa passion. Une occasion de découvrir ou redécouvrir la vie d’un site exceptionnel en bord de mer !

François FORCIOLI-CONTI
François FORCIOLI-CONTI, Président de la société des courses de la Côte d'Azur
  • Président, présentez-vous-en quelques mots ?
    François FORCIOLI-CONTI, avocat honoraire au Barreau de Nice, Président de la Société des Courses de la Côte d’Azur depuis le 1er janvier 2000, Président du Défi du Galop et de l’Union Hippique de la Méditerranée.
     
  • Malgré des conditions très particulières avec la Covid-19, comment concevez-vous le lancement de votre meeting d’hiver ?
    Pour ce nouveau meeting d’hiver commencé le 4 décembre, les courses comme partout se courent pour l’instant à huis clos ce qui conduit à des mesures restrictives de notre communication auprès du grand public.
    Parallèlement nous avons beaucoup développé notre communication sur les réseaux sociaux, toutefois nous pouvons espérer que bientôt les interdictions tomberont en tout ou partie, aussi nous avons avec notre agence de communication, la société Pôle Company, pris toutes dispositions pour remettre en œuvre nos campagnes habituelles dès l’ouverture du site ainsi que la reprise des animations pour nos journées les plus populaires.
    En revanche souffrent beaucoup notre restaurateur et la recherche de sponsors, salons, foires, séminaires... pour lesquels notre partenaire, la société Sport Vision, se heurte aux incertitudes liées à la pandémie.
     
  • Avec plus de 75 réunions hippiques par an, quelle organisation cela nécessite-t-il au sein de votre société des courses ?
    Notre hippodrome accueille effectivement un nombre important de réunions ce qui en fait en matière d’activité le deuxième hippodrome de France après Vincennes.
    Mais son particularisme vient essentiellement de nos deux meetings (hiver et été) ce qui nécessite une capacité d’accueil assez considérable, plus de 1000 boxes et près de 150 logements pour accueillir les professionnels.
    Cela implique des équipes dédiées à la gestion et à l’entretien du matériel ou encore des agents de nettoiement que peu d’hippodromes connaissent. Elle implique également une cantine destinée à la restauration quotidienne de quelques centaines de professionnels ainsi qu’une clinique vétérinaire pour la santé des chevaux.
    Cette année les équipes de notre directeur Alain LE TUTOUR ont particulièrement bien travaillé à la préparation quotidienne des 9 pistes d’une surface totale de 9 hectares, elles sont splendides !
    Pour accomplir ces tâches nous avons 26 salariés à temps plein mais s’adjoint dans les périodes les plus denses des intérimaires de sorte que l’emploi est de l’ordre de 45 équivalents plein temps.
    Rappelons que nous connaissons une densité de courses assez considérable, au mois de janvier 25 réunions, qui génère des contraintes dans la gestion du personnel et des sites.
     
  • Quelles sont les nouveautés sur votre hippodrome ?
    L’hippodrome a pris de l’âge et malgré l’importante rénovation de la fin des années 90, des investissements importants et des travaux de gros entretien sont impératifs pour le maintenir au niveau d’excellence auquel il se doit. Malheureusement les difficultés du temps n’ont pas permis cette année de réaliser ceux que nous aurions souhaité programmer. Nous nous sommes limités au strict nécessaire. Il est toutefois certain que nous devrons à très bref délai pouvoir envisager la rénovation de la piste polytrack. Des discussions sont en cours avec la Fédération Nationale et les Sociétés Mères.
     
  • Quel cheval ou jockey vous a fait grosse impression dernièrement ?
    Récemment le cheval m’ayant fait la plus forte impression est le trotteur Italien « Vivid Wise As » qui a remporté le prix du Conseil Général (Groupe II), le Criterium de Vitesse (Groupe I) et qui détient le record de la piste, un temps record d’Europe en 1´08´´6. Un magnifique cheval !
     
  • Parlez-nous du Grand Critérium de Vitesse de la Côte d'Azur, seul Groupe I du programme français disputé sur 1600 mètres ?
    Le Criterium de vitesse est une course de légende, tous les plus grands chevaux français ou étrangers l’ont inscrit à leur palmarès. C’est la course qui a fait de Cagnes sur Mer un hippodrome connu dans tout l’univers hippique. Mais je garde en mémoire la victoire de "Varenne" et l’envahissement de la piste par un public très sympathique mais un moment d’angoisse pour le Président… Le Criterium est la course internationale par excellence puisqu’elle se dispute sur le mile (1600 mètres), distance classique dans la plupart des pays.
     
  • Votre meilleur souvenir sur l’hippodrome ?
    Bien sûr de beaux souvenirs s’attachent aux grandes courses. Je viens d’en évoquer un avec "Varenne". Mais je me souviens avec émotion de la victoire du driver représentant l’Algérie dans un championnat de la Méditerranée. Il n’aurait pas été plus heureux en remportant le Prix d’Amérique et son désespoir en apprenant son déclassement après une longue enquête des commissaires pour allure irrégulière ....Un très beau souvenir également, celui du 50ème anniversaire de l’hippodrome avec des animations continues de midi à minuit et plus de 20000 personnes sur l’hippodrome.
     
  • Le record de la piste ?
    Trois records d’Europe successifs : « Varenne » 1’09’’5, « Commander Cros » 1’08’’9, « Vivid Wise As » 1’08’’6.
     
  • Un cheval préféré ou une casaque historique ?
    Historique : les 5 victoires de « Une de Mai » ou celles de « Ourasi » dans le Criterium à quatre reprises mais aussi celles de "Timoko".
     
  • Pouvez-vous nous dire quelques mots de votre initiative avec le Ministère de l’éducation ?
    L’idée d’un partenariat avec l’éducation nationale a été rendue possible grâce au concours du Maire de Cagnes sur Mer et de son soutien auprès de l’Inspection d’ académie qui a conduit à la signature d’un accord tripartite aux termes duquel les élèves du primaire reçoivent une initiation dans le cadre scolaire par leurs instituteurs sur les thèmes du cheval puis ils se déplacent sur l’hippodrome où ils peuvent approcher des chevaux sous le contrôle et l’autorité de leurs maîtres et avec le concours du personnel de l’hippodrome et de professionnels bénévoles. Les métiers du cheval sont présentés, ils visitent la clinique vétérinaire, la bourrellerie et assistent à l’entraînement.
    L’hippodrome s’engage, par ailleurs à favoriser les contacts avec les professionnels et des jeunes à la recherche de contrat d’apprentissage.
    La mise en œuvre de ce partenariat a été l’occasion de belles rencontres. Récemment et dans un autre cadre, un partenariat a été noué avec des associations avec pour objet la resocialisation d’adolescents en difficulté par l’équithérapie.
     
  • Votre devise ou citation favorite ?
    « Il n’y a pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas où il va » (Sénèque)
     
  • Un souhait pour l’avenir des courses ?
    Que le public retrouve plus largement le chemin des hippodromes. Le reste suivra…
     
  • Un mot pour votre équipe ou bénévole ?
    Nous bénéficions d’une équipe de grande qualité qu’il s’agisse des personnels administratifs ou agricoles qui sous l’autorité des directeurs, Alain LE TUTOUR et Thomas ROUCAYROL, ambitionne avec le concours des dirigeants bénévoles l’objectif de l’excellence.
     
  • Mot de la fin ?
    En 3 mots qui ont caractérisé Cagnes sur Mer depuis sa création en 1948 : indépendance, innovation, ouverture.
     
Cagnes sur Mer

 

Cagnes sur Mer